Tonton L’Flingueur : « Je sors un nouvel EP … »

Rejoignez nous sur FACEBOOK

Aujourd’hui, on se retrouve pour une nouvelle interview, celle de Tonton L’Flingueur. Il nous parle de son nouveau projet.


♦ Hello, peux-tu te présenter pour ceux et celles qui ne te connaissent pas ?

Bonjour! Moi c’est Tonton l’Flingueur. Je suis originaire d’Evreux, plus précisément du quartier de La Madeleine et j’ai 27 ans.
Pour ce qui est de la musique, j’ai commencé le rap quand j’étais au collège pendant des ateliers d’écriture et c’est à partir de là que tout a commencé. Avec le temps, l’univers Hip-Hop m’attirait de plus en plus, je me suis donc lancé dans le grand bain. C’est comme cela que j’ai fait mes premiers pas dans la musique.
En 2012, j’ai sorti une mixtape qui s’appelait Killer Instinct vol. 1. On me connaissait déjà sur Evreux grâce aux freestyles audios et vidéos qui tournaient dans le secteur à l’époque, mais avec cette mixtape, je me suis fais connaître encore plus. J’y ai notamment fait des featuring avec Yong C, Radar, N’Docky, et HME2.

♦ Pourquoi avoir choisi Tonton l’Flingueur comme nom de scène ? 

Tout a commencé au quartier où les grands ont commencé à m’appeler Tonton, par rapport à ma carrure qui était plutôt imposante pour mon âge. Je ne l’ai pas accepté directement et au final c’est resté.
Et Flingueur en référence au film (rf : Les Tontons Flingueurs de G. Lautner). Puis j’ai fait un mix des deux, la plupart des gens qui me connaissent m’appellent comme cela, certains Flingueur et d’autres juste Flingue.

♦ On sait que tu fais de la musique avec tes potes, est-ce que c’est important pour toi d’être entouré de tes proches ?

Oui, c’est important pour moi d’être entouré de proches honnêtes et vrais avec moi, qui m’apprécient et qui n’hésitent pas à donner leur point de vue sur mon travail. La compréhension est directe, sans même se parler quelques fois, le travail se fait dans de meilleures conditions. Je prends du plaisir à faire ça car dans le fond, je me dit : »ce n’est que de la musique« , rien d’autre.

♦ Vous avez récemment lancé le label Pégazus, peux-tu nous en parler ?

Pégazus, c’est plus qu’un label, c’est un état d’esprit. Certains ne l’ont pas encore compris mais ils le comprendront avec le temps. Nous avons une devise qui dit : « Certains rampent, certains marchent, certains courent, nous on vole ».
Ce label a été créé récemment, mais nous sommes passés par plusieurs étapes. Avant la création du label, nous avions monté un collectif qui s’appelait Cosmo Corp. avec les artistes membres du label : Yong C, Radar, N’Docky, Diosèze et moi-même. C’est de là que le son Des Morts extrait de la Mixtape Vie de Tess de Radar Mac 3 est né, après tout s’est enchaîné.

♦ Dans ta première mixtape, Killer Instinct, sortie en 2012, il y a un titre qui s’appelle « Seul Dieu pourra me juger ». Est-ce que la religion tient une place importante dans ta vie ?

Oui, elle y tient une place importante. Mon avis est personnel, peut-être que d’autres ne le partageront pas. Nous sommes tous soumis à une puissance supérieure. Pour expliquer et faire le lien avec le titre Seul Dieu pourra me juger, ce que je veux dire c’est que je ne suis qu’un Homme. On fait tous des erreurs, on a tous eu des parcours différents et je ne pourrais pas me permettre de juger quelqu’un, qu’il ait fait des choses bonnes ou mauvaises  On a beau dire ou faire ce que l’on veut, mais on ne peut pas juger une personne et dire qu’elle est mauvaise, ce n’est pas notre rôle. Qui suis-je pour juger quelqu’un ? Personne. Voilà ce que je voulais faire comprendre à travers ce titre.

♦ Y’a-t-il un trait de personnalité chez toi que tu détestes ?

Oui effectivement, je suis têtu et borné parfois. Je sais qu’on ne peut pas changer le passé, mais avec du recul, certaines choses auraient pu se passer autrement si je n’avais pas ces traits de personnalité. Mais rien n’arrive par hasard.

♦ Pour faire référence à ton dernier clip sorti il y a un mois (Ange ou Démon extrait de l’EP Projet H), es-tu plutôt un ange ou un démon ?

Je dirais que je suis un peu des deux. Dans chaque être humain, homme ou femme, se cache un côté un ange et un côté démon. Il peut nous arriver d’avoir des idées saines ou malsaines. Je pourrais chavirer du mauvais côté, retrouver mes esprits puis me dire : «Réveilles-toi !», cela vous est peut-être déjà arrivé ? Donc je me situe entre les deux.


 JEU : CE QUE CE MOT T’INSPIRE

Sport :

La musculation ! Le dépassement de soi, parce que le sport c’est démarrer d’un point et toujours repousser ses limites.

Evreux :

La base ! C’est ma ville, là où j’ai grandi, là où j’ai fait mes premières rencontres, mes premières conneries, où j’ai eu mes premiers délires, mes premiers fous rires et mes premières déceptions. Quand tu grandis dans cette ville, tu ne peux en ressortir que plus fort.

Tu habites toujours sur Evreux ?

Toujours. Je suis parti d’Evreux il y a quelque temps pour des raisons professionnelles mais j’avais toujours un pied ici, une pensée pour cette ville. Quoi que je fasse, que je sois n’importe où dans le monde, aux Etats-Unis, en Afrique ou en Asie, je suis né à Evreux donc j’y reviendrai toujours.

Ecole :

C’est l’éducation, la discipline et les principes. Ça nous apprend énormément de choses, des valeurs. Ce qu’on y apprend est complémentaire de ce que l’on apprend en dehors.

J’ai eu mon brevet, j’ai eu mon bac STG, ce qui fait que j’ai des notions de marketing et après ça j’ai voulu faire des études de communication mais je n’ai pas pu. Du coup je me suis orienté vers des études de comptabilité parce que j’aimais bien la gestion et je me suis dit qu’en passant par là ça me permettrait de revenir vers le commerce parce qu’il y a un lien entre les deux.

Toi t’étais comment à l’école ? Plutôt assis devant, au milieu, au fond ?

J’étais l’élève qui était assis au milieu ou au fond parce que de nature, je suis quelqu’un de plutôt discret et en retrait et je n’aime pas trop me faire voir. J’avais des capacités mais je me laissais très souvent aller, c’est le même principe que l’ange et le démon. Heureusement, j’ai toujours mes frères pour me remettre dans le droit chemin. Ça vous étonnera peut-être mais j’ai fait du latin. Quand on me voit comme ça on ne dirait pas (rires !), mais j’avoue que j’ai oublié tout ça.

Amis :

Bien les choisir ! C’est important de s’entourer des bonnes personnes, qu’on le veuille ou non, elles peuvent nous pousser vers le haut, comme nous tirer vers le bas. Du coup, je préfère m’entourer de peu de personnes même si je connais du monde.

Femmes :

Les femmes, c’est les femmes (rires !) ! C’est à la fois compliqué et simple de les comprendre. Mais c’est tout un art (rires !). L’homme et la femme sont complémentaires, ils fonctionnent de la même manière, pensent les mêmes choses mais ne vont pas les voir ou les appliquer de la même façon.

Dieu :

Dieu est à la base de tout selon mes convictions. Je suis musulman, et pour moi toutes les religions sont les mêmes, que ce soit le judaïsme ou le christianisme. Toutes ces religions révélées par ordre chronologique ne sont qu’une suite logique. L’une ne va pas sans l’autre, c’est mon avis.


 

PROMO

♦ Où peut-on te suivre ?

Instagram : Tonton l’Flingueur

Twitter : @TTFlingueur

Facebook : Tonton L’Flingueur

Youtube : Tonton L’Flingueur

SoundCloud : TT l’Flingueur 

♦ Parles-nous un peu de ton projet qui sort ce mois-ci.

Le Projet H, c’est un EP qui comporte 9 tracks, dont 8 avec des prods de Starzcomet, des beatmakers originaires d’Evreux et 1 prod. de Drum’Fungah beatmakers et krumper qui clôture mon projet.

Le but, c’est de voyager à travers chacun des tracks dans des univers complètement différents. D’où le titre, Le Projet H, qui fait référence à la lettre H de l’Homme. C’est un vrai concept, il fallait montrer les différentes facettes d’un Homme à travers peu de tracks, pourtant il y en a des multitudes. Chaque thème est abordé de façon à ce que l’on comprenne comment peut penser une personne dans un état d’esprit donné. Par exemple, l’un de mes sons s’appelle De l’amour à la haine. J’ai voulu montrer comment l’être humain peut passer très vite de l’amour et basculer encore plus vite dans la haine. Autre exemple, dans le track qui s’intitule Dans ma tête, je me suis mis dans la peau d’un psychopathe pour savoir ce qu’il peut penser. Mais tout ça, vous le comprendrez en temps voulu, quand vous écouterez l’EP.
Quant à la pochette de l’EP, elle fait référence à l’Homme de Vitruve de Leonard de Vinci. C’est le parfait parallèle avec Le Projet H car il représente l’humanisme.

♦ Que peut-on te souhaiter pour l’avenir ?

Tout plein de bonnes choses pour le label Pégazus et ses artistes, réussite dans mes entreprises et que je vous lâche encore plus de lourdeur dans les oreilles.

11216435_10206720223788098_310601877_n

 Propos recueillis par Emmeline P. et Marina A.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




%d blogueurs aiment cette page :