LES COUPS DE COEUR DE VYVIE : NICOLAS OYAS, OFIVE

Rejoignez nous sur FACEBOOK

Ceux qui me connaissent le savent : ma télé est TOUJOURS allumée sur OFIVE TV. Le clip du shooting cover OFIVE MAG 5 a mis un visage et un nom sur cette chaîne : NICOLAS OYAS.
Rencontre avec cette autre figure Grignoise (91).

Nicolas bonjour, comment tu te présenterais?
Bonjour Sylvie ! Alors… je me présenterai comme un passionné de culture urbaine désireux de partager ses découvertes avec le monde entier.

nicolas

J’ai vu que tu étais de Grigny aussi, comme Kizo (No Joke)! Vous vous connaissez?
Oui, je connais Kizo! Je jouais au basket avec lui, on rentrait ensemble du terrain. C’est son frère qui m’a donné mon pseudo, « Oyas ».

Ah tu as joué au basket aussi alors! Et il signifie quoi ton pseudo alors?
Oui j ai joué à l’Université à NY et au Canada. Mon frère m’a offert mon 1er short de marque quand j’avais 12 ans. C’était le short de l’université de GeorgeTown « HOYAS ». Je le mettais à chaque fois que je jouais sur un terrain d’Ile de France. Les gens lisaient ce qu’il y avait écrit en gros sur mon short, « HOYAS », pour m’appeler. Du coup, j’ai juste supprimé le H et c’est devenu « OYAS ».

basket ofive

En fait, tu es un amoureux de la culture urbaine sous toutes ces formes. Qu’est-il important de mettre en avant via ces disciplines pour toi? Des valeurs, une identité?
La culture urbaine a souvent été montrée du doigt, longtemps assimilée à la « culture du ghetto ». Aujourd’hui on assiste à une évolution des mœurs, maintenant on regarde un meeting de Barack Obama avec Beyonce et Jay-Z en première partie. Il est important de faire connaitre cette nouvelle culture Trend-Urbaine au travers des différents arts dont on peut s’enrichir. OFIVE est une chaîne où le public peut découvrir un panel divers de nouveaux talents.  Pour la définir j’emploierai : Créativité, Avant-gardisme, Expression libre et bien d’autres encore. On s’évertue à proposer une programmation pointue et en lien avec cette « pop-culture » qui touche toutes les classes sociales. En France, toute une génération, multi-ethnique et multiculturelle, s’identifie à cette philosophie urbaine et ses modes d’expression.ofive logo

Quel est l’origine de la chaîne? D’où t’est venue l’idée de lancer OFIVE?
Le « O » de OFIVE vient de OYAS et représente le cercle de la communauté urbaine. Le 5 était mon numéro de joueur au basket, et je l’ai repris pour rappeler les 5 piliers de la culture urbaine : la danse, le sport, la musique, l’art et la mode. A la base, je suis producteur et éditeur de musique, j’ai décidé de créer mon propre média afin de promouvoir mes artistes.

Comment on arrive à se faire une place dans la « PAF Français »? Qu’est ce qui est le plus difficile pour ériger une chaîne urbaine en France?
A OFIVE nous avons la liberté de pouvoir décider de notre propre programmation. C’est une chaîne Américano-Française, nous avons donc accès à des exclusivités que d’autres n’ont pas ou ne peuvent tout simplement pas diffuser. Là est la force d’OFIVE. Le paysage audiovisuel Français s’est beaucoup développé, notamment grâce à la TNT, et les nouvelles générations sont de plus en plus consommatrices de médias. Clairement il y a des places à prendre. Mais le public est aussi de plus en plus exigeant sur les contenus, une chaîne comme OFIVE se doit donc d’être au cœur de l’actualité urbaine en permanence, et tous arts confondus. Là est la difficulté, mais on apprend à l’allier au plaisir de l’exclusivité.

ofive net

Y a-t-il des chaînes, entrepreneurs, producteurs étrangers qui t’inspire ou que tu admires?
Admirer est un bien grand mot, disons plutôt qu’il y a des parcours qui sont pour moi des exemples. Plusieurs noms me viennent à l’esprit, et pour commencer un classique : Steeve Job ! Parti de rien il a construit un empire, une addiction même, c’est fou ! Dans le milieu musical, des labels comme Rock-a-fella records ou Ruff Rider Entertainement ont permis de faire émerger de grands noms de l’industrie du Hip-Hop Américain. Ils ont su donner leur chance à des talents, et ont osé les produire à grande échelle. En termes d’art, Baskia ou Banksy sont les artistes qui me touchent et me parlent le plus. Leurs prises de position autant que les supports qu’ils utilisent sont tout simplement dingues. Finalement on s’inspire de tout et de rien : couleurs, paysages, cultures…

Comment on choisit les acteurs qui font une chaîne comme OFIVE, artistes, staff, partenaires commerciaux? Y a t’il des valeurs à partager , à respecter?
Pour travailler à OFIVE il faut absolument être passionné et aimé partager. Nous sommes une petite équipe, on travaille en open-space, et on est tous accro au brainstorming et à l’application Sunrise, notre secret pour une organisation béton. Nous croyons en l’humain et à ses capacités, souvent inexploitées dans le milieu classique de l’entreprise de nos jours.
Ce qui nous anime est l’envie incessante d’aller toujours plus loin, d’apporter un contenu véritable et exclusif à nos spectateurs.
Finalement, il n’y a pas vraiment de « choix » à faire, la sélection se fait assez naturellement, la chaîne ayant une identité et un positionnement propres. Après, certains de nos partenaires, comme Air France avec lequel nous avons l’exclusivité de diffusion sur leurs vols long-courriers, ne sont pas du type « urbains » mais nous permettent quand même d’atteindre jusqu’à 77 millions de passagers. C’est un public non négligeable.

ofive af

J’ai vu qu’au-delà de la chaîne TV, OFIVE tendait à devenir une marque : magazine, soirées…. Aux USA, certaines chaînes ont carrément fait de leur « spécificité culturelle » leur marque de fabrique (comme BET par ex), au point de produire leurs propres programmes. Crois-tu que cela soit possible en France, en Europe? Est-ce que cela correspond aux objectifs que tu te fixes?
Tout est possible ! Avec du temps, de l’acharnement et de l’envie.
Nous souhaitons faire d’OFIVE une chaîne de télé à la programmation libre et complète. On a la chance de bénéficier d’un réseau opérant dans les différents corps de métier du monde de la télé, mais aussi web, radio, cinéma, et musique. Par exemple, les playlists diffusées sur la chaine sont créées directement dans nos bureaux, situés au cœur de la Cité du Cinéma imaginée et réalisée par Luc Besson qui est une source d’inspiration inépuisable.
Après la France est clairement un marché plus difficile que les US en matière de programmations, mais nous avons su imposer notre marque de fabrique. Nous préparons d’ailleurs une rentrée 2016 pleine de surprises.

J’ai interviewé Pascal Tessaud, réalisateur du film guérilla « Brooklyn » autour de la culture Hip Hop, qui me parlait de la difficulté à obtenir l’approbation du monde professionnel « classique », malgré un engouement certain du public. Tu partages cette impression? Quels sont les principaux obstacles qui se sont dressés et/ou continuent de se dresser pour atteindre tes objectifs?
Des détracteurs ? Dans ce milieu il y en a toujours ! Rires. Les miens font de l’humour avec une phrase culte «Majeur en l’air pour Nicolas Oyas ! » sur les différents réseaux sociaux. Cela me fait rire et me donne, ainsi qu’à mon équipe, l’envie d’aller encore plus haut. Le monde professionnel des médias est exigeant, et je pense qu’au-delà de la culture Urbaine il faut proposer au public un contenu avant-gardiste et de qualité, avec les moyens techniques et humains qui conviennent.

usa ofive

Quels sont les nouveaux horizons que tu voudrais explorer maintenant? Qu’est ce que l’on peut te souhaiter pour la suite?
Mes nouveaux horizons se tournent vers les Etats-Unis. Précurseurs dans le trend-urbain, nous avons ouvert nos bureaux à L.A pour être au plus près de l’actualité. Notre volonté est d’offrir à notre public des émissions inédites et d’apporter des programmes originaux, jamais vus à la télévision française. Aujourd’hui, les gens utilisent les plateforme web, type youtube ou dailymotion, pour découvrir les dernières tendances de la pop-culture, parce ce que l’on ne les voit pas en allumant un poste de télé. OFIVE souhaite développer de nouveaux contenus, proposer de véritables exclusivités, offrir au public des vidéos d’excellente qualité, traiter des sujets de société, mener des interviews d’artistes sans tabou, etc…
Alors suivez l’actualité, 2016 est l’annonce du changement pour OFIVE! Et souhaitez-nous d’être toujours animés de cette même énergie sans failles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




%d blogueurs aiment cette page :