Flora Fourcade, entre le basket et la photo …

Interviews

Rejoignez nous sur FACEBOOK

Elles se sont inclineés en demi finale de la Coupe de France d’un tout petit point face à Brive, évoluant en Nationale 1. Mais cela n’enlève rien au parcours de cette équipe atypique, première de sa poule en Nationale 2.

Confessions est allé au Stade Français, non pas pour les Dieux du Stade mais plutôt une de ses déesses que nous avions pu voir auparavant dans ce superbe SHOOTING PHOTO. Et cette demoiselle, c’est Flora Fourcade, qui a une vie bien remplie entre son métier et sa passion !

C’est en cours de sport au collège que j’ai découvert le basket. Ma prof était aussi coach en club. Elle m’a d’abord encouragé à m’inscrire à l’AS du collège avant de m’envoyer faire des essais au Racing Club de France. J’y ai mis les pieds à 12 ans et je n’en suis jamais partie (NB : le RCF et le Stade Français ont fusionné il y a 5 ans).

Qui t’a donné envie de jouer à ce sport ?
Personne ! C’est ce que me procure le basket qui me donne envie de jouer depuis maintenant 14 ans. La compétition, le dépassement de soi, la vie d’équipe, l’adrénaline, la pression, les victoires, les défaites et les troisièmes mi-temps !

Avais tu des idoles de jeunesse ?
C’est un peu la honte mais, plus jeune, je n’ai jamais vraiment suivi le basket qu’il soit européen ou américain. À tel point que lorsque Nicole Antibe est arrivée au Club j’étais la seule à ne pas savoir qui c’était ! Si je devais citer un joueur je dirais quand même Tony Parker. Plus petite j’étais vraiment groupie. Aujourd’hui encore ça reste un modèle pas tant par son jeu mais surtout pour tout ce qu’il fait pour le basket français.

– À quel âge tu as compris que tu n’étais pas mauvaise au basket ?
De benjamines à cadettes j’ai toujours été surclassée pour jouer dans la catégorie supérieure. Dans ces moments là tu te dis que tu ne dois pas être trop mauvaise ! Mais j’ai eu la chance de toujours jouer avec de supers joueuses, du coup tu réalises très vite que tu es aussi loin d’être la meilleure !

As tu rêvé de jouer à niveau professionnel ?
Bien sur ! Quand tu pratiques un sport c’est toujours dans le but d’atteindre le meilleur niveau. Mais en plus de ne pas avoir le niveau pour, je ne me voyais pas ne faire que ça de ma vie.

Tu es en Nationale 2 au Stade Français. Quel est le rythme d’entrainement d’une équipe comme la votre ?
Au Stade on ne fait rien comme tout le monde. À ce niveau, la majeur partie des Clubs rémunèrent leurs filles et s’entrainent au moins trois fois par semaine. Nous on est restées au même rythme qu’en Nationale 3 : à deux entrainements et sans aucune rémunération. Flora4

J’aimerais savoir quel est ton moteur pour jouer saisons après saisons qu’est ce qui te motive?
J’ai eu la chance de me retrouver dans les bonnes équipes au bon moment. En cadettes, on a été championnes région et l’année suivante on a fait une super saison en championnat de France. Dès ma première année sénior on est montée en Nationale 3 et très vite on a été prises par le projet de montée en Nationale 2. On a mis le temps, mais l’année de notre montée a effacé toutes les galères ! C’est aussi le plaisir de jouer avec les mêmes joueuses depuis 10 ans. On a un groupe top avec des supers joueuses et une vraie bonne ambiance.

Jouer au basket de façon sérieuse ça veut dire pas beaucoup de weekends de libre pendant la saison et entrainement le soir après les cours et aujourd’hui encore c’est le cas, tu aurais fait quoi si tu avais eu tous ces moments la pour toi ?
Je ne sais pas ! Je ne me pose même pas la question, c’est mon mode de vie depuis que je suis petite. Bien sur c’est contraignant, il y a des moments où tu te demandes pourquoi tu fais tout ça. Mais 90% du temps jouer au basket c’est un choix et un plaisir ! Le jour où ça ne sera plus le cas j’arrêterai.

– Vois tu La nationale 2 comme un championnat exigeant? 
Au Stade personne n’est payé, mais l’exigence est la même qu’ailleurs. Jouer en Nationale 2 exige d’être assidu aux entrainements. Les déplacements sont longs et fatiguants et les rencontres souvent très disputées. Donc oui la Nationale 2 reste un championnat exigeant mais c’est aussi pour ça qu’on prend autant de plaisir à jouer à ce niveau et que les gens viennent nous voir !

– Quelles sont les choses ou les moments que tu as le plus apprécié dans ta carrière ?
Mon année en Cadettes France au Racing. Et la montée en Nationale 2 qui se joue sur la dernière journée. On a vécu une saison de folie qui s’est terminée en apothéose ! C’est pour les moments comme ça que tu supportes les contraintes quotidiennes de ce sport !

– Envisages tu de jouer encore longtemps?
Je vis chaque saison l’une après l’autre sans trop me poser de questions. J’arrêterais le jour où je ne prendrais plus de plaisir. Je pense que ça me laisse encore de belles années !

– Est ce que c’est facile justement de pouvoir mêler vie sentimentale et une vie sportive comme la tienne ?
J’ai la chance d’être avec une personne qui fait le même sport que moi, dans le même Club que moi. Il comprend donc plus facilement mon rythme de vie et s’investit dans l’aventure.  

– Quand on est joueuse de Nationale 2 comme toi, on construit sa carrière autour de sa vie de femme ou sa vie de femme autour de sa carrière sportive ?
Un peu des deux je pense. Le basket est pour le moment au centre de ma vie, donc forcément il influence mon quotidien et ma vie de femme. Mais ça ne m’empêchera jamais de mener à bien mes projets. Le jour où il faudra mettre le basket entre parenthèse je n’hésiterai pas !

– Est ce qu’il t est déjà arrive de faire des choix dans un sens ou dans l’autre?
Bien sur ! La vie est faite de choix. Je dois en permanence choisir entre le basket et un job, les basket et une invitation, etc. Pour le moment je fais le plus possible le choix du basket mais un jour la balance s’inversera surement !

– Parlons photo

Flora6
A côté du basket tu as une autre activité tu es photographe, est ce que tu le fais de façon professionnelle ?

Je suis photographe professionnelle. C’est mon métier depuis trois ans maintenant ! Mariages, évènementiel, maternité, book, je suis celle qu’il vous faut !

Comment es tu tombé dedans ?
J’ai toujours fait de la photo, c’est lorsque j’ai du arrêter pour faire des études que je me suis rendue compte que ça m’était indispensable. Du coup j’ai tout lâché et j’ai passé le concours pour intégrer une école de photo. Comme pour le basket je n’ai pas vraiment de modèle. Il y a beaucoup de photographes qui m’inspirent en fonction de mes envies et de mon humeur ! En ce moment je dirais Sarah Moon.

On sait qu’au basket il faut beaucoup d’entrainement pour maintenir ses compétences voire les développer, qu’en est il de la photo ?
En photo comme au basket il faut continuellement s’exercer. Avec l’arrivée du numérique le métier est en perpétuelle évolution et on a très vite fait d’être dépassé.

Comment fait on pour arriver a un travail de qualité comme le tien ?
Bien évidemment la première réponse c’est : le travail ! Mais le photographe n’est pas seul maître du résultat, c’est aussi une question d’instant, de rencontre, etc.

– Quelles sont les qualités nécessaires pour être un bon photographe?
La patience, la curiosité, la technique, l’œil et un excellent relationnel ! Je ne suis pas franchement une grande technicienne c’est un gros défaut que j’essaye de travailler !

Quelles genre de photos aimes tu le plus faire ?
J’adore le reportage et le portrait parce qu’il y a la découverte de l’autre, de sa personnalité mais aussi de son univers. Ça permet de côtoyer plein de cultures et de milieux différents !

 

Bonus –

 

Je suis allé sur le net et sur ton site (http://www.florafourcade.com/) on peut y trouver de superbes photos, tu as également réalisé le shooting de ton équipe du Stade Français … Si tu devais retenir une photo que tu as prise dans toute ta carrière photo tu retiendrais laquelle et pourquoi ?
Pour le moment je n’ai pas une photo qui m’a marqué plus qu’une autre j’adore mon boulot et chaque séance est un plaisir, une découverte !

J’ai également vu de très jolies photos de toi, et j’aimerai également savoir sur laquelle tu te plais le plus ?
Comme beaucoup et peut être même encore plus que d’autres je me déteste en photo ! Donc aucune ! Je préfère photographier qu’être photographiée ! Flora2

Si aujourd’hui tu devais choisir entre le basket et la photo tu choisirais quoi ?
Peut être la photo parce que c’est ce qui me fait vivre, mais j’aime autant l’un que l’autre !

Que peut on te souhaiter de mieux dans tes deux carrières ?
Une super fin de saison 2014/2015 avec mon équipe de tarées. Beaucoup de projets et de boulot pour les 20 ans qui suivent !! 

 

Pour ceux qui n’ont pas vu son shooting photo … CLIQUEZ ICI

 

Flora5

A propos confessions
Si vous aimez connaitre les gens ... c'est ici que ça se passe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




%d blogueurs aiment cette page :