LES COUPS DE COEUR DE VYVIE : LES BATTLE HIP HOP

Rejoignez nous sur FACEBOOK

Moi qui ne comprends déjà pas toutes les subtilités de la langue francilienne inutile de vous dire que je suis à la ramasse en langue H.I.P H.O.P… car sachez le : le hip hop a ses codes et son langage. Mais ce dimanche j’ai fait un stage initiatique en version concentrée : j’ai assisté au Battle-Bad de Sarcelles.

Vyvie qui se rend à Sarcelles, vous vous imaginez bien  qu’il devait y avoir une excellente raison… Plusieurs en fait.
La première c’est que j’ai eu la chance de rencontrer Abibou, aka Playmo lors du Lead By Example de 2014. Ceux qui ont un peu traîné dans le milieu du hip hop savent de qui je parle. L’homme toujours en noir, aux lunettes noires, chapeau noir et au sourire contagieux. Danseur, professeur, animateur, ambianceur, révélateurs de talents made in #CosecCrew.
playmo-twins
Deux ans , et une mise en relation plus tard, me voici donc à mon deuxième battle de danse hip hop pour représenter la marque #Daomey. Je me retrouve donc à passer mon dimanche dans la « famille » du grand Playmo, qui prend le temps d’expliquer « à ceux qui ne connaissent pas le milieu de la danse » (je l’ai pris pour moi car je devais être la seule novice dans toute la salle) les quelques éléments de base du langage hip-hopien.
playmo-daomey
Premier constat au bout de quelques minutes de show, Erykah Badu avait raison : « it’s bigger than religion : hip hop! ». C’est un sport, c’est une discipline, c’est un catalyseur, un mouvement fédérateur. Une de mes voisines, venue avec ses deux filles me confie « ce rdv est à l’image de Sarcelles : multigénérationnel et multiculturel, c’est pour ça qu’on est tous là« .
Pourtant ici le mot d’ordre du jour est : « C’EST LA GUERRE!!! ». Et il faut avouer que le « Cypher » (oui j’ai retenu quelques trucs quand même, rires!), c’est un ring de boxe en fait : chaque performer se voit attribuer un côté, accompagné de son crew qui veille et encourage dans le corner, motive et conseille son champion entre 2 rounds. Ici, clairement on représente son crew, son quartier, sa ville, voir son pays.
fb_img_1474316188411
Les blazes s’affichent fièrement à l’écran, et là, c’est le début du combat. Ce n’est « que de la danse », comme le répète Playmo, mais quelle intensité! Ça se défie à base de mouvements hyper techniques qui me font me questionner sur le corps humain, ça se provoque du regard, et se chambre entre deux désarticulations.
Parce que oui, vu de ma fenêtre il faut être désarticulé pour être un bon danseur de hip hop. J’ai le sentiment qu’il faut avoir été contorsionniste, yogiste,  avoir pratiqué la danse classique, la gymnastique rythmique, un gros mélange de tout ça, et une bonne dose de crossfit  on top of that… On me parle de danse, mais mon âme sportive est en admiration devant ces athlètes (déformation professionnelle pardon) capables d’enchaîner : sauts, grands pas, petits déhanchés, passements de jambes, Sirsasana (posture sur la tête au yoga) et autres mouvements improbables, tout cela pendant 2 à 5 rounds!  Pardon my French : mais DAMN!!
Du Venezuela à l’Ukraine, du Brésil au Japon, en passant par l’Allemagne les USA et la Corée, je vois des danseurs, des danseuses de 12 à 42 ans qui s’affrontent sans retenue dans une salle surchauffée.
 fb_img_1474316208160
Assise au pied du Cypher, surélevé pour l’occasion, je ne manque rien des battles des trois disciplines (je ne me souviens que de 2 : hip hop et du popping, pardon…). Par moment je crains même de me prendre une des jambes qui s’est envolée quand le monsieur s’est mis à tourner sur sa tête (comment il peut savoir où il est d’abord?), mais je vois que la petite fille à côté de moi elle est quasi sur le Cypher, donc bon, je fais la grande ! Je suis armée de Boubou fâché #PoweredByDaomey en plus, il ne peut rien m’arriver! Rires!
Je pourrai vous raconter pendant des heures, vous détailler les prestations (non en fait je pourrai pas, je n’y connais rien), essayer de vous décrire ce que j’ai vu, et vécu, pourtant vous seriez encore loin du compte. Certains ont pu voir mes snaps, ça vous donne une brève idée, mais sincèrement ce genre de moment ça se vit. Amoureux ou pas de la musique Hip Hop, je vous invite vraiment à vous rendre à un Battle. Demandez à Playmo, il parait qu’il y en a plein, il saura forcément vous dire où aller 🙂
 fb_img_1474316199513
Moi je vais y retourner. Jamais 2 sans 3 comme on dit! Mais aussi et surtout parce que j’ai plein de questions sans réponse : quelle est la stratégie pour gagner? Est-ce qu’il vaut commencer ou attendre de voir de quoi l’autre est capable? On envoie du lourd dès le premier round ou on garde des bottes secrètes pour ceux d’après ?
Ma nouvelle envie serait d’assister à un Battle de rap, à la façon d’Eminem d’en 8 miles, si vous avez des tuyaux je prends!!!
A très vite aux bords des pistes 😉

1 Commentaire le LES COUPS DE COEUR DE VYVIE : LES BATTLE HIP HOP

  1. Pour le battle de rap : rap contenders au cabaret sauvage ou end of the weak

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




%d blogueurs aiment cette page :