Le basket parisien, Article 1 : K-LAST

Si vous allez sur un bonne terre de streetball sur Paname, qui allez vous croiser ?

Rejoignez nous sur FACEBOOK

CREDIT PHOTO / JOHANA MOENSON

Si vous allez sur un bonne terre de streetball sur Paname, qui allez vous croiser ?

Nom: Jean-Jacques
Prénom: Kévin
Surnoms: K-Last , JJ, Le love, le guide, Boris Diaw
Taille: 1m91
Poids: 105kg
Age: 27ans
Position: 1/2/3/4

Fan de : Diamantidis, Kévin Garnett, Gary Payton, Jason Williams, Steve Nash, MJ, Shaq, Hakeem the Dream. Drazen Petrovic, (et Mike Toti après avoir fait passer la serpillère à Rubio, rires)

Ton plus vieux souvenir basket :
Spontanément je dirai un concours de dunks à Créteil, je venais de passer minimes et je voyais un cadet du nom de Solo Diabaté péter un gros dunk avec une facilité déconcertante et époustouflante. Mais en tant que joueur ce fut mon premier titre de champion de la coupe du Val de Marne en 2001 en Benjamin, c’était ma première saison et ma première médaille.

Tes débuts dans ce sport :
kaylastÀ 12 ans ! Le basket m’a été proposé par Lionel Le Blanc aka the White alors que je m’essayais au badminton, j’étais un peu plus grand que la moyenne donc ça l’a interpellé et il m’a proposé un essai à L’US Créteil basket et j’ai tout de suite accroché.

Ce qui m’a plu dans le basket c’était un nouvel aspect du sport, le collectif. J’ai avant ça essayé et pratiqué pas mal de sports individuels comme le badminton. Et notamment le judo, le karaté où j’avais l’aspect disciplinaire que je retrouvais dans le basket grâce à mes deux premiers coachs, sévères mais efficaces qu’étaient « The white » et le grand coach Antoine ROUSSEL (légende val de Marnaise).

kaylast6

CREDIT PHOTO / LINDA CHASSERIAU

Comment décrirais tu ton jeu:
Mon jeu je dirais d’abord défensif car c’est la marque de fabrique des deux clubs cristoliens, je suis un joueur altruiste, un peu d’ailleurs je peux être seul pour un lay-up et je peux chercher un shooteur ouvert à qui donner le ballon, mais j’aime jouer pour les autres, je sais un peu tout faire sur le terrain, je peux gérer une équipe depuis la mène ou depuis le poste bas. Je n’ai jamais été tourné vers le scoring, certains disent même ne jamais m’avoir vu tirer (rires). Sur le terrain je mets beaucoup de voix, c’est un sport de communication et souvent beaucoup l’oublient.

Avec le temps, on devient plus fainéant mais aussi plus intelligent donc on peut facilement tricher même si parfois j’avoue que c’en devient un peu trop flagrant. Mon plus grand défaut reste ne pas prendre un tir ouvert, je cherche vraiment toujours la situation la plus à l’aise. Un de mes défauts qui a donné le jour au nom »citron » grâce à moi est le panier manqué tout seul à un contre zéro.

Ton parcours basket :
kaylast2Mon parcours basket est purement cristolien, je n’ai jamais réussi à quitter ma ville, ce vivier de joueurs talentueux qui préfèrent rester jouer entre eux. Tout d’abord à l’US Créteil.
J’ai eu la chance de jouer avec des plus grands sur chaque catégorie car j’étais toujours surclassé, c’était un avantage parce que je me faisais corriger à l’entrainement mais ça portait ses fruits en match. Lors de ma première année cadet on a terminé troisième de la première division régional, on était dégoûtés car seul le champion pouvait jouer en cadet France.
La saison d’après des pépins physiques au niveau des genoux ( force à tous les basketteurs) et du dos m’empêchèrent de reprendre pendant deux ans.
Puis un jour, un ami qui avait également arrêté le basket me parle de l’autre club de la ville où il avait repris. Je me laisse tenter et je reprends le basket du côté de la guêpe de l’AS Créteil pendant 6 ans pour partir de la deuxième division départementale pour finir en deuxième division régionale, puis suite à des nouvelles blessures et une bonne prise de poids comme Boris ( nous n’avons pas que le jeu en commun haha), nouveau break d’un an cette fois ci. Et entre reprendre en pré-national loin de mon domicile j’ai préféré reprendre avec une bande d’amis du côté de l’US Créteil pour redonner des couleurs au club.

J’y ai passé deux saisons très cools, sans prise de tête et à présent je suis en pré-retraite( rires) peut-être que je reprendrai si je me soigne et fais des efforts de nutrition.
Ton avis sur le basket professionnel:
Le circuit pro ça fait rêver enfant, avec l’âge un peu moins, honnêtement si j’avais pu finir professionnel j’aurais souhaité jouer à l’étranger, en Serbie où en Grèce aux côtés de Diamantidis. Mais pendant un moment, quand je faisais des entrainement en Nationale3 et Nationale2 je voulais juste essayer de venir un bon joueur de basket confirmé capable d’évoluer en Nationale1 surtout quand je voyais les jeunes de ma ville, du département, de la région partir en espoirs, passer le cap professionnel, ça me donnait envie mais aujourd’hui je ne regrette pas, j’apprécie voir mes potes devenir pros je ne leur souhaite que de réussir et surtout de revenir que je les lave à domicile (rires).

Ou est-ce qu’on peut retrouver les bons ballers à Paris:
Les playgrounds à Paris il y en a énormément, je vais commencer par les salles libres (indoors) Belleville, Porte Chaumont et Clignancourt sont les valeurs sûrs de la capitale autrefois il y avait Carpentier en première place, aujourd’hui nous avons la chance d’avoir le Hoops Factory c’est vraiment dément.
En ce qui concerne les purs playgrounds, il y a les Pyramides à Champs sur Marne, Porte de Charenton aka le Lavomatique avec ses 2 terrains est mon adresse favorite, ça parle mais ça joue et on aime ça, c’est très convivial. Après Carpentier, Charles Moureu et quai de Levallois.
Les playgrounds de ma ville ont été désertés mais les plus anciens se souviendront de la Lévrière, Pasteur et Schweitzer.

kaylast5

CREDIT PHOTO / MATHIEU LOIRE

BONUS

 

Ton plus grand souvenir de basket :
En tant que spectateur, le France – Grêce 2005 avec le retour de la Grèce et le tir assassin du Diamant.
En tant que joueur, mon titre de champion du Val de Marne 2013 victoire en finale face à la N2 d’époque de Charenton, c’était plaisant parce que ils jouaient 5 divisions au dessus de nous et qu’on les connaissait.

Ton avis sur la NBA:
La NBA… depuis 2-3 ans je ne regarde que les playoffs et encore, ce n’est plus vraiment du sport mais un business à part entière, les « stars » surprotégés, les arbitres pas au niveau ou alcoolos, les matchs truqués, voir des joueurs ayant des fondamentaux limité ou un QI basket inexistant, tout ça m’a agacé mais la saison à venir je vais faire un effort et essayer de regarder les bonnes affiches mais je pense ne pas regarder plus de 10 matchs de la saison et  les finales ( sauf si les Spurs ne passent pas rires)

Ton prono pour les récentes finales:
Pour les dernières finales, je voyais soit les Spurs (du moins j’espérais) soit Golden State (mais on a vu le vrai visage de Curry, oui j’aime charrier)

Pour finir, ta DreamTeam de Paname:
Mehdi Domrane ( je lui rends hommage même si en fait il est nul) Romain Bamy (TNT) Ahmed Taouti ( la légende même s’il peut parfois faire mal au crâne ) Nazim Kadra , Romain Simon, Tom Brunet, Martin-Steeve N’kom, Carlos de Macedo et le duo Willy Corandi dit le CAMION et moi même hahaha, je pense qu’avec cet effectif on joue facilement en Pro B (rires)
PS : Et j’ajoute une pensée aux défunts partis trop tôt, Patrick Mbida et Charles Sibetcheu, qui étaient deux formidables hommes et basketteurs. #Paix

A propos confessions
Si vous aimez connaitre les gens ... c'est ici que ça se passe

3 Commentaires le Le basket parisien, Article 1 : K-LAST

  1. Carlos DeMacedo // 3 octobre 2016 á 23:51 // Répondre

    Pro B tu es fou!!!! Pro A kkkkk mon gars sure…

  2. Lawyer Andco // 4 octobre 2016 á 00:03 // Répondre

    Très très lourd l’article ?!?
    Kéké très bon joueur et pas que… très bon arbitre aussi!!!

    Ange

  3. Bien l’article même si flemme +++ de le lire
    Par contre je n’ai pas compris pourquoi je ne suis pas dans ta « DreamTeam »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




%d blogueurs aiment cette page :