100 balles et un Mars ?

Rejoignez nous sur FACEBOOK

LE NOUVEL ARTICLE DE SKIZJOH

Ecoute tranquillement la radio dans sa voiture, conduisant le long des belles petites routes de campagne.

japanese-split-race_2630209_GIFSoup.com (2)

Ballade normale en bord de rives

 

– Coucou !

– Whaaaaa ! Mais ça va pas ! Y’a pas de place pour une croupe de Licorne !

– Y’a toujours de la place pour l’élégance et le bon goût !

– Maiheu Lili ! J’étais en train de profiter d’un peu de tranquillité…

– Et une bonne compagnie ne te fera que le plus grand bien ma chérie !

– Que veux-tu ?

– Plutôt, qu’est-ce que toi tu veux ? Je te rappelle que je suis toi et que j’apparais quand ton esprit commence à tergiverser ! Donc, je…

– Oui, oui, oui ! Bon, ok ! Pffff…

– Je t’ai senti un peu coincée dans ta culotte, alors je suis venue avec mes sabots tout vernis pour t’apporter amour et réconfort mon mulet des rivières ! Tilalilalou !

– Bof, tu sais ce que c’est. Saloperie de pression sociale. As always. Bla Bla Bla et compagnie…

– Oh b ma biche de Tanzanie ! Oh noooon ! On t’avait laissé pleine de positivisme la dernière fois et là tu fais une rechute !

– A vrai dire, je pensais que si quelqu’un apparaissait, ça serait Henri…en ce moment, je ne le vois plus trop…il va bien au moins ?

– Comme un maïs amoureux ! Il reviendra ma carpette du Caire, il reviendra…Bon ! Alors ? Raconte-moi maintenant que j’ai lâché mon rendez-vous chez le coiffeur pour ta tronche de cake.

– Et bien, je suis déçue.

– Par ?

– Par ceux qui ont du pouvoir mais qui l’exerce à contresens.

giphy (2)

« J’ai le pouuuuvoiiiiir ! »

 

– Que veux-tu dire ?

– Tu vois, je me suis souvent retrouvée sous les ordres de quelqu’un. C’est le jeu, d’autant plus au basket où il y a une hiérarchie à respecter. Le coach est souvent le capitaine du bateau. Seulement, le pouvoir, ça monte à la tête de beaucoup. C’est une réalité. Mais je pense que c’est un phénomène compliqué à décrypter.

– Surtout quand tu as des objectifs à réaliser.

– C’est exactement ça. Tu vois, on est dans un système de vie où la performance est au cœur de tout. Sans déc’, si tu te mets à bosser sans pression de résultats, pas de soucis, tu as une marge de liberté géniale ! Mais ça, c’est dans ton monde de carne à corne !

– Nous sommes des licornes et si tu continues à nous appeler comme ça j’te nique les dents.

– Hum…Bon. Tout ça pour dire que la pression du résultat est toujours importante, surtout quand on rajoute un enjeu de temps. Au basket par exemple, on n’a pas le luxe de taper la pause ! On joue tous les week-ends et quand tu es coach d’une équipe moyenne, tous les week-ends tu remets les compteurs à 0 et ça passe ou ça casse. Si ça casse, tu as très peu de temps pour préparer ton équipe à ne pas subir un nouvel échec. Et comme tu travailles avec de l’humain, tu ne peux pas les paramétrer pour réussir, comme une reprogrammation sur une machine.

giphy (4)

« Nique les robots ! »

 

– Pourtant vous êtes si stupides et binaires !

Regards assassins.

– Et puis, j’ai des yeux pour voir. Comment ça se fait que tout se ressemble ? J’ai déjà écrit sur ce sujet, mais il ne me semble pas qu’il y ait une recette ou un manuel du parfait petit coach qui réussit. Tu vas dans le haut-niveau, tu as plein de similitudes entre les attitudes des coaches. Et j’entends beaucoup de « c’est comme ça dans le milieu »…mais putain…donc le coach de haut-niveau d’un club se doit de ressembler à celui d’à côté ? Nous faisons des robots ? Et le milieu justifie certains comportements absurdes ?

– Non, ma loutre en pâte d’amande, mais tu dois reconnaître qu’il y a des éléments clés pour réussir.

– Le travail. La rigueur. La curiosité. La cohérence. Pour moi ils sont essentiels. Le travail parce qu’il te pousse à passer le nombre d’heures nécessaires à la mise en place de choses cohérentes. La rigueur parce qu’un coach se doit de maintenir un cap, de diriger son équipe et donc d’exiger des choses de celle-ci mais surtout de lui-même. La curiosité parce que elle engendre le travail mais surtout l’ouverture d’esprit et le progrès. Et la cohérence parce que ce qu’on met en place doit avoir un sens. Pour moi, ce sont les clés. Mais tout autour de ça, n’y a-t-il pas d’autres choses qui gravitent ?

– Comme ?

– Ne pas être un gros con. La justice. La personnalité.

giphy (8)

« Regardez ma grosse personnalité »

 

– Ouuuuuh toi tu frises l’ulcère !

– Non. Je me suis résignée. C’est presque pire. Je ne comprends pas cet acharnement à vouloir ressembler aux autres. « Dans le milieu c’est comme ça qu’on fait ! »…mais qu’est-ce qu’on fait dans le milieu ?

– Dis-le-moi.

– On a des équipes qui tournent à 6 ou 7 pros. Parmi elles, une ou deux sont les stars de la bande. On n’y touche pas et elles ont crédit illimité. Les autres sont là pour faire figuration et à l’occasion servent de prétextes pour les grosses colères du coach et des dirigeants. En gros, simplifié, résumé.

– Tu y crois vraiment ?

– Je ne sais pas. J’ose croire que ce n’est pas partout comme ça, mais honnêtement, ça se popularise. Ce qui m’agace là-dedans, c’est l’idée de croire que pour réussir il n’y a qu’une manière : celle-là. Je trouve que ça manque de personnalité, de marque de fabrique. Alors, bien sûr sur le terrain on va reconnaître des styles de jeu propre à tel ou tel coaches, encore que…mais dans la gestion de la personne et la dynamique, je trouve ça moins savoureux. Ça entraîne de l’injustice, de la frustration et du dégoût. Personnellement, je ne pense pas que gagner et réussir mérite qu’on sacrifie sa personnalité parce que « dans le milieu, on fait comme ça ».

– Si je puis me permettre…

– Vas-y Lili.

– Je pense que votre principal problème, c’est l’argent.

giphy (3)

Grosse déduction

 

– C’est clair. Si les joueurs étaient évalués que sur les performances, il régnerait plus de justice. Et je parle de justice, pas d’égalité. Parce que je pense que pour diriger, on est parfois obligé de faire des inégalités, comme quand on s’adresse à des personnes. On ne peut pas parler de la même manière à quelqu’un de sensible comme à quelqu’un de susceptible ou de dur. Nous faisons des inégalités sans cesse, mais nous ne créons pas d’injustice à partir du moment où nous évaluons les personnes en face de nous avec les mêmes critères.

– Le fond doit être le même, mais la forme peut changer.

– Voilà ! Seulement, moi, je trouve que bien souvent le mode de fonctionnement des coaches est injuste. Ils tapent sur celles qui font figuration alors que, ce ne sont que des figurantes ! On leur attribue les mauvaises prestations collectives ou même individuelle des stars de l’équipe : « T’étais pas au bon endroit ! Tu lui as pas fait la passe au bon moment ». Honnêtement, je ne suis pas sure que nous formons les jeunes dans l’optique de leur dire qu’un jour ils seront sûrement la plante verte de quelqu’un.

– Ha Ha ! Moi les plantes je les broute !

giphy (5)

Mauvaise blague

 

– Génial Lili…Mais tu comprends de quoi je parle, non ? Pourquoi les exigences se portent sur les joueurs à qui on fait clairement comprendre qu’ils sont là pour servir le collectif ou la star de l’équipe. Je trouve ça illogique. Encore plus quand dans une équipe de 6 pros, il y a 4 amateurs. Eux, c’est vraiment les larbins ! Ils ramassent tout. Je veux dire, dans une entreprise, quand tu plantes ton dossier, tu ne vas pas taper sur le sous-traitant stagiaire, tu tapes la gueule à celui qui à mener le dossier de A à Z. Au pro. C’est son boulot. Mais pas dans « ce milieu ». Dans ce milieu, t’as la star protégée, le pro figurant et le jeune larbin. Tu comprends ?

– Je crois ma perdrix de Cadix.

– Alors, j’admets que l’argent soit un déclencheur et engendre une pression sociale et professionnelle sur le coach et les dirigeants. Je comprends que cela influence forcément le système. Je l’accepte même. Mais quand on fait preuve de mauvaise foi, de faiblesse ou de lâcheté en se cachant derrière « C’est comme ça que ça fonctionne », et bien là, je suis déçue. Réussir n’implique pas d’être malhonnête. Ou alors foi de schizo, je suis une idéaliste perdue. Je pense que quand quelqu’un est mauvais, il faut savoir lui dire. Il faut savoir critiquer sans avoir peur de l’autre. Construire ensemble dans le respect. C’est parfois dur parce que des personnes profitent de leur statut, mais dans ce cas, c’est au rôle du capitaine du bateau de remettre tout le monde dans le droit chemin.

– Oui, mais ne penses-tu pas que ce discours tu le tiens parce que tu as été du côté de ceux qui se sont fait taper dessus.

– J’en sais rien. J’ai été des deux côtés je pense. Et je ne suis pas à plaindre. Loin de là !

– Peut-être que c’est ta frustration qui te fait dire tout ça.

– Peut-être mais je ne pense pas que nourrir de la frustration pour ça soit anormal. Je l’ai digéré depuis le temps même si je ne suis vraiment pas à plaindre. Mais je m’inquiète parfois pour les jeunes qu’on forme. Est-ce qu’on devrait les former dès le plus jeune âge à ce fonctionnement ? Eviter qu’elles soient étonnées en arrivant dans ce système ?

– C’est remettre beaucoup de chose en question. C’est aussi transposer tout ça sur notre système d’éducation scolaire voire parental. Préparons-nous nos enfants aux réalités du système ou les préparons-nous à devenir de bonnes personnes ? Les deux sont-elles possibles ?

– Lili…tu m’épates ! Tu n’es pas que superficialité alors ?

giphy (6)

Adieu superficialité ! Bonjour Intellect !

 

– Hey ! J’ai passé mon 5ème galop de psychologie humaine !

– N’empêche que ça serait appréciable de voir que cette pression n’altère pas le comportement des gens.

– C’est comme demander 100 balles et un Mars mon olive de Corse. Mais je te comprends et je suis tellement heureuse de voir que malgré tout, tu continues d’aimer ce que tu fais.

– Oh ! Tu sais, au fond, on est tous pareil et je ne ferais sûrement pas mieux qu’eux. Ou peut-être que si. On ne le saura pas. L’important c’est de se rappeler que nous ne sommes que des humains et que notre exigence parfois doit être tempérée.

– Ça mérite vraiment une danse du ventre !

la-danse-des-gâteaux

Pour toutes les Sexy Ladies !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




%d blogueurs aiment cette page :